i# sans médiation

Comment la terre s'est tue : pour une écologie des sens / David Abram ; traduit de l'anglais (États-Unis) par Didier Demorcy et Isabelle Stengers ; [préface par Didier Demorcy et Isabelle Stengers] . - Paris : La Découverte, DL 2013 . - 1 vol. (347 p.) : couv. ill. ; 21 cm . - ( Les Empêcheurs de penser en rond ).

Trad. de : "The spell of the sensuous"

Notes bibliogr.


4ème de couv. : "Comment se fait-il que les arbres ne nous parlent plus ? Que le soleil et la lune se bornent désormais à décrire en aveugle un arc à travers le ciel ? Et que les multiples voix de la forêt ne nous enseignent plus rien ? A de telles questions répondent le plus souvent des récits qui aboutissent à faire de nous, "enfants de la raison", ceux qui ont su prendre conscience de ce que les humains étaient seuls au sein d'un monde vide et silencieux. Les peuples de tradition orale - Hopis, Apaches, Koyukon, aborigènes australiens, habitants du Népal ou de la jungle amazonienne - savent qu'il n'en est rien. Le parcours et le travail d'enquête passionnants que David Abram rapporte ici leur donnent raison. Plutôt qu'une prise de conscience, ce qui nous est arrivé serait de l'ordre d'une brutale mutation écologique, qui a interrompu la symbiose entre nos sens et le monde. "Manifestement, quelque chose manque - manque terriblement", comme en témoigne la manière dont nous maltraitons et la terre et nous-mêmes. Toutefois, cc n'est pas l'ancien pouvoir d'animation des choses qui s'est tari. Ne sommes-nous pas témoins de scènes étranges ? N'avons-nous pas des visions ? Ne faisons-nous pas l'expérience d'autres vies... lorsque nous lisons ? Et si la magie vivifiante de nos sens avait été capturée par les mots écrits ? Les mots de David Abram possèdent cette magie, mais surtout ils réactivent l'expérience d'un Inonde au présent. Ce monde alentour qui, en sourdine, continue à nourrir nos manières de penser et de parler, de sentir et de vivre. Parce que la terre parle... "


ISBN : 978-2-35925-062-6(br.) : 24.50 EUR

 

Powered by Koha