i# électronique

Hobbes et le désir des fous : rationalité, prévision et politique / Dominique Weber . - Edition électronique : numérisation 2018 . - Paris : PUPS, 2018 . - ( Expériences & raisons ).

Titre provenant de la page de titre du document numérisé

Edition électronique de Paris : PUPS, 2007

PUPS = Presses de l'Université Paris-Sorbonne

L'impression du document numérisé génère 551 pages

L'accès complet à la ressource est réservé aux usagers des établissements qui en ont fait l'acquisition

Accessible sur Numérique Premium (bouquet Etudes philosophiques)

Bibliogr. Notes bibliogr. Index



Données textuelles


Selon Thomas Hobbes, l'homme est fondamentalement un être de désir. Cela veut dire qu'il est un champ de forces variables, traversé de puissances pouvant s'affronter durement et provoquer de graves délitements des dimensions temporelles. Il s'agit dès lors, dans la composition des puissances humaines, de parvenir à l'équilibre qui soit le meilleur possible. Mais cela implique aussi toujours que le déséquilibre puisse l'emporter : lorsque l'homme ne parvient pas, ou plus, à organiser une gestion rationnelle de ses puissances dans le temps, l'emprise d'une passion particulière et exclusive le faisant sombrer alors dans la folie. Pour Hobbes, le « séisme » de la folie n'ouvre certes aucun accès au sujet pour découvrir une vérité sur lui-même ; c'est toutefois le déséquilibre, et lui seul, qui fournit la lumière adéquate permettant de comprendre comment peuvent se réaliser les conditions de l'équilibre. À ce titre, la folie est alors peut-être le centre véritable de l'anthropologie hobbesienne. Le reconnaître doit conduire à lire à nouveaux frais les principes directeurs de la philosophie politique du « Monstre de Malmesbury », notamment en ce qui concerne la docilité attendue des hommes, docilité entendue au double sens de la capacité à apprendre et de la capacité à obéir à la loi.

 

Powered by Koha