Cover image

Grandes oreilles et bras cassés : une enquête sous forme de récit / Jean-Marc Manach ; dessin et couleur de Nicoby

PPN : 188718990Main Author : Manach, Jean-MarcCoauthor : Nicoby (1976-....) Publication : [Paris] : Futuropolis, DL 2015Description : 1 vol. (109-[8] p.) : tout en ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 27 cmISBN : 978-2-7548-1250-4Subject - Topical Name : Écoute électronique -- Libye -- Bandes dessinées Subject : Bandes dessinées Document type : Livre List(s) this item appears in: BUB Libertés numériques
Item type Current location Call number Status Date due Barcode Item holds
Prêt normal BU Beaulieu
BU Beaulieu - Bandes dessinées (RdC)
BD 004 MAN (Browse shelf) Available 0992772899
Prêt normal INSA
INSA - Salle
BDP MAN (Browse shelf) Available 1710290067
Total holds: 0
Browsing BU Beaulieu shelves, Shelving location: BU Beaulieu - Bandes dessinées (RdC) Close shelf browser
BD 004 LAF Internet BD 004 LAP ˜Les œordinateurs BD 004 LEG Flesh empire BD 004 MAN Grandes oreilles et bras cassés BD 004 MAR L'univers est virtuel BD 004 MON I like ! BD 004 PAD The thrilling adventures of Lovelace and Babbage

En 2008, la société française Amesys a vendu pour un peu plus de 12 millions d’euros un système d’interception des communications électroniques à la Libye du colonel Kadhafi. Une transaction secrète, couverte par les services français, qui va permettre au dictateur de surveiller de près ses opposants. Certains seront torturés après avoir été repérés par le logiciel Eagle. Jean-Marc Manach a enquêté sur ce scandale qui implique le colonel Kadhafi, son beau-frère Abdallah al-Senoussi (chef des services de renseignements et accessoirement condamné à perpétuité pour l’attentat du DC-10 d’UTA en 1989), l’état français (avec sa tête Nicolas Sarkozy) et le devenu célèbre homme d’affaire libanais Ziad Takieddine. Il découvre que les employés d’Amesys n’avaient pas pris la peine de déployer les mesures de sécurité que prennent d’ordinaire les entreprises commerçant avec des dictateurs. Façon Pieds Nickelés, ils ont même été jusqu’à mettre sur le web des preuves de leurs méfaits. Ce qui pourrait paraître être une farce burlesque n’en est pas moins une tragédie quand on imagine le nombre de personnes qui ont été tuées ou torturées à cause de ces surveillances. éditeur

 

Powered by Koha